Colybris89 - Le catalogue en ligne de la Bibliothèque Départementale de l'Yonne

La Bibliothèque Départementale

AccueilCritiques rédigées par Sandrine (BDY)

S'abonner au flux RSS dans une nouvelle fenêtre
Critiques rédigées par Sandrine (BDY)

 

A malin, malin et demi (Richard Russo)

note: 5Un bain de jouvence ! Sandrine (BDY) - 12 mai 2021

Après Retour à Martha's Vineyard (coups de coeur il y a quelques semaines), voici du même auteur : A malin, malin et demi paru en 2017 au Quai Voltaire. Si l'on retrouve la côte Est des Etats-Unis, on est loin cette fois de l'ambiance feutrée et bourgeoise des belles maisons de vacances ! North Bath, ancienne cité industrielle du New Jersey fait pâle figure à coté de sa voisine. Mais c'est bien là que vivent Douglas Raymer (chef de la police) et le vieux Sully, "les deux piliers branlants de cette ville bâtie de travers". Nous allons suivre ces personnages et bien d'autres durant 48h. Il va s'en passer des choses ! Souvent drôles, voire burlesques les situations dans lesquelles se trouvent Raymer et ses comparses les aident pourtant à révéler leur véritable personnalité. L'auteur excelle dans l'art du portrait et une fois encore l'humour n'est pas une fin en soi, il sert à adoucir la misère sociale que l'on devine içi, sous-jacente.
Pour ceux qui aiment les loosers, attachants en diable, et les péripéties hilarantes !

Retour à Martha's Vineyard (Richard Russo)

note: 5Voyage dans le temps ... Sandrine (BDY) - 22 mars 2021

Lincoln Teddy et Mickey, trois anciens amis de faculté se retrouvent après des années de silence dans une maison de vacances, à Martha's Vineyard. Cette demeure, témoin de leur dernière entrevue, porte aussi le souvenir de Jacy dont ils étaient secrètement amoureux et qui a disparu juste avant son mariage. Voici l'heure des bilans,... Des explications, des regrets aussi ...
Richard Russo, avec sensibilité et intelligence nous donne à voir le point de vue de chacun tout en ménageant le suspens. Il dépeint le temps qui passe et les ambiances de la côte Est des Etats-Unis avec beaucoup de finesse, mais l'humour, toujours présent au détour d'une situation empêche la nostalgie d'envahir le récit. Découvrez vite Retour à Martha's Vineyard et tous les livres de l'auteur présents à la Bibliothèque Départementale...
Sandrine

Clair obscur (Don Carpenter)

note: 5Don Carpenter, incontournable ! Sandrine (BDY) - 11 août 2020

Irwin Semple a passé 18 ans dans un établissement psychiatrique avant de retrouver la liberté à l’âge de trente-cinq ans. Rejeté depuis son enfance par sa famille, d'une laideur repoussante, il est rapidement devenu le souffre douleur des jeunes de son lycée et particulièrement d’une bande de garçons menée par Harold Hunt "le beau gosse du coin". Ce dernier est d’ailleurs irrémédiablement associé au tragique événement qui a conduit à son internement. La rencontre inopinée avec Harold, alors qu’il parvenait vaille que vaille à se réinsérer, va déclencher un nouveau choc chez Irwin. Partagé entre son éternel besoin de reconnaissance et son désir de vengeance, on va suivre la destinée de Semple en espérant qu’il ne soit pas le jouet des événements.
Ce court roman, âpre et noir, se lit comme un polar et on retrouve le style à la fois si littéraire et efficace de Don Carpenter, une écriture « qui ne fait pas de gras ni de manière » comme la qualifie Christine Ferniot (Télérama).

Le complot contre l'Amérique (Philip Roth)

note: 5America First ... ! Sandrine (BDY) - 15 mai 2020

Cette période de confinement a été pour beaucoup l’occasion de rattraper le temps perdu concernant la lecture. Nous avons enfin pu nous plonger dans les romans que l’on pensait incontournables mais que nous avions laissés de côté pour de multiples raisons. Ça a été le cas du "Complot contre l’Amérique" de Philip Roth, publié en France en 2006. Dans ce roman, le narrateur (qui porte le nom de l’auteur) nous transporte à travers ses souvenirs d’enfant à Newark, petite ville du New Jersey, à l’aube des années quarante, dans le quartier juif de Weequahic. Alors que l’Europe et l’Asie sombrent dans le conflit de la seconde guerre mondiale, l’Amérique vient d’élire Charles Lindbergh président.
Ce roman de Philippe Roth se présente donc comme une uchronie, mêlant à des évènements réels un récit fictionnel. Que se serait-il passé si l'aviateur sympathisant du régime nazi et membre du comité America first (ce slogan vous rappelle-t-il quelque chose ?) avait été élu à la place de F. D. Roosevelt ? Si les Etats-Unis, ainsi que le souhaitait ce groupe de pression, Lindbergh en tête, s‘étaient tenus à l’écart de la guerre ?
A travers la famille du jeune Philip, nous suivons la montée sournoise de l’antisémitisme d’une certaine frange de l’Amérique et les conflits familiaux qu’elle engendre au sein même de la communauté juive. Il y a ceux qui, pressentant le danger, fuient vers le Canada, ceux qui, comme le père de Philip, s’opposent et veulent se battre pour rester dans leur pays, et enfin les opportunistes qui souhaitent croire que Lindbergh n’est animé que par des idées pacifistes et le bien-être de ses concitoyens ! Que va-t-il advenir de la famille Roth et de l ‘Amérique ?
Les qualités romanesques du récit à travers le mélange de fiction et de réel, tant dans la grande Histoire que dans le caractère des personnages, en font vraiment un livre incontournable qui interroge encore le présent.
Ce livre est disponible à la Bibliothèque Départementale, si vous ne l’avez pas encore lu n’hésitez plus !

Ma reine (Jean-Baptiste Andrea)

note: 5Deux enfants au soleil Sandrine (BDY) - 27 avril 2020

C‘est une histoire de station service, d’été, d’handicapé mental qui pourrait faire penser à l’Eté en pente douce de Gérard Krawczyk, sauf qu’ici les personnages principaux sont deux enfants. Il y a «Shell», c’est comme ça que Viviane le surnomme, parce qu’il porte un blouson avec la marque sur le dos. Ils se sont rencontrés sur la montagne. Lui s’est enfuit de chez ses parents, il a dans l’idée de partir à la guerre pour être enfin capable de faire quelque chose et devenir un homme. Il ne va plus à l’école parce qu’il ne comprend pas tout, qu’on se moque de lui. Ses parents ont même fini par accepter l’idée de de l’envoyer loin de la vallée et de la station service où il a grandi … dans une école spécialisée. C‘est pour ça qu’il est parti. Viviane, elle, est apparue comme par miracle alors que le soleil venait de le réveiller :«Elle me regardait, assise sur le rocher, le menton sur les genoux et les bras autour. J’ai sursauté et elle aussi. On s’est regardés sans trop quoi savoir quoi faire». Shell aime les jeux de Viviane, les histoires de Viviane, elle est même devenue Sa Reine, il a promis de faire tout ce qu’elle lui demanderait même si parfois il ne comprend pas pourquoi elle a l’air si en colère.
On va suivre l’histoire de ces deux enfants/adolescents cabossés par le monde des adultes, durant un été, à travers les yeux de «Shell». Nous allons ressentir ses joies, ses peines, ses colères grâce une écriture simple, poétique et incroyablement efficace. Comme l’annonce l’éditeur c’est aussi «une ode à la liberté, à l’imaginaire, à la différence». Ce roman a reçu de nombreux prix, notamment le Femina des lycéens et le prix du 1erroman. Si vous l’aviez manqué lors de sa sortie, profitez de ce moment particulier pour le découvrir.

Marche blanche (Claire Castillon)

note: 5Suspens psychologique Sandrine (BDY) - 11 avril 2020

C'est une histoire de disparition, tragique, survenue le 23 janvier 2008 à 16h20. Alors qu’elle avait emmenée Hortense au parc, qu’elles jouaient à cache cache, la petite avait soudainement disparue. ….
Dix ans sont passés, elle, la mère, tente de survivre. Hortense aurait quatorze ans aujourd’hui ! Mais n’est-ce pas l’âge de la fille des nouveaux voisins ? Ceux qui viennent justement d’emménager en face... C‘est étrange comme Hélène, c’est son nom, pourrait ressembler à Hortense ! N’a-t-elle pas la même petite cicatrice sur la lèvre ? D’ailleurs le chien semble la reconnaître lui aussi ….On suit ce récit à travers les yeux de la mère ; les épreuves passées, présentes, si difficiles à surmonter où le moindre signe porte à questionnement, à interprétation, à espoir. Elle évolue dans un environnement qui lui est devenu peu à peu hostile et tout et tous se dressent pour l’empêcher de retrouver sa fille. Sous la plume de Claire Castillon qui décortique si bien et avec une telle économie et une telle efficacité la psychologie du personnage, c’est un régal !

La femme révélée (Gaëlle Nohant)

note: 3Une américaine à Paris Sandrine (BDY) - 1 avril 2020

Si vous aviez manqué la venue de Gaëlle Nohant à la librairie Obliques le 15 février vous pouvez toujours réserver son dernier livre, La femme révélée à la BDY.
L’héroïne, Eliza Donnelley, est américaine et a fui Chicago pour Paris sous une fausse identité. Devenue Violet, elle se cache dans un hôtel miteux, un hôtel de passe, où elle va se faire voler les bijoux qui devaient l’aider à survivre dans un premier temps. Ce n’était heureusement pas le seul «trésor» qu ‘elle avaient emporté avec elle. Grâce à un appareil photo qui ne la quitte jamais, un Rolleiflex, elle va découvrir le Paris des années 50, rencontrer les soutiens qui l’aideront à surmonter ses épreuves et a révéler sa personnalité.
Révélé est bien la notion clef de ce roman. Nous allons en effet découvrir au fur et à mesure des pages ce qui a poussé Eliza à s’enfuir de son pays : les évènements personnels liés à l’Histoire américaine et notamment la ségrégation. Violet va révéler l’émancipation d’Eliza, ses engagements et ses combats au travers des thématiques photographiques. Enfin c’est aussi un clin d’œil à la photographie argentique, à la chambre noir et aux révélateurs utilisés alors !
C’est un livre bien documenté sur l’Histoire des Etats-Unis, notamment des conditions de vie des Noirs Américains dans les années 50-60 et sur le Paris de Saint -Germain-des-Près. D’une écriture claire et d’un style aisé il se lit facilement et peut être recommandé au plus grand nombre !

Um Corpo no mundo (Luedji Luna)

note: 5De la Musique du monde pour s’évader 2 ! Sandrine (BDY) - 25 mars 2020

Un autre continent l’Amérique du sud, un pays le Brésil. On se laisse emporter par la voix de la chanteuse Luedji Luna tout en douceur dans son premier album "Um corpo no mundo". Elle est accompagnée de rythmes entre samba-jazz et MPB (musique populaire brésilienne). Mais Luedji Luna, qui porte le nom d’une ancienne reine bantoue, n‘est pas que chanteuse. C’est aussi une femme engagée qui revendique ses origines africaines et incarne dans son pays le blackpower au féminin. Bonne écoute, bon voyage !

Amadjar (Tinariwen)

note: 5De la Musique du monde pour s’évader ! Sandrine (BDY) - 25 mars 2020

Quoi de mieux pour s’évader en ce moment que d’écouter de la musique du monde, d’autant qu’elle avait disparu cette année des Victoires de la musique !
On ferme les yeux et nous voilà partis au coeur des dunes Mauritaniennes avec le 9ème album des Tinariwen, Amadjar, "l'étranger de passage" en Tamashek (langue touarègue du Mali). Cet album, réalisé en partie sous la tente durant un voyage entre le sud Marocain et Nouakchott, nous transporte littéralement grâce à la voix de la griotte Noura Mint Seymali et aux mélodies syncopées Assouf (sorte de saudade Berbère) . En attendant de pouvoir l’écouter vous pouvez découvrir les albums précédents de Tinariwen sur la plateforme de musique en streaming de RaYonne’Ages : diMusic.

La guerre est une ruse n° 1 (Frédéric Paulin)

note: 5Suspens et Histoire Sandrine (BDY) - 14 novembre 2018

Si vous avez manqué la venue de Fréderic Paulin à Auxerre, rattrapez-vous en lisant son dernier ouvrage : La guerre est une ruse, premier roman d’une trilogie annoncée.

Nous sommes en Algérie en 1992, Le Front islamique du salut a remporté les élections mais une partie des généraux les «Janviéristes» annule le second tour et prend le pouvoir. L’état d’urgence est déclaré, le pays sombre dans la guerre civile. Les populations, à la suite des militaires, sont la cible d’attentats et d’exécutions sommaires fomentés par des groupes terroristes islamistes.
C’est dans ce contexte qu’un homme, Tedj Benlazar, agent de la DGSE est envoyé à Alger avec pour mission d’enquêter sur les agissements du Département du renseignement militaire : le DRS. Il tente de démêler le rôle de chacun et comprend que les événements auxquels il assiste se révèlent bien plus complexes que ce que l’armée tente de laisser paraître. Des connivences existent entre certains militaires et certains groupes armés tel le GIA. A quel dessein ? Légitimer la violence et garder le pouvoir ?
Ce roman qui mêle à la fois fiction et Histoire nous remet en mémoire les évènements d’un passé pas si lointain et les implications qui en résultèrent en France.
L’auteur apporte un éclairage, partagé par beaucoup aujourd’hui, sur le rôle ambigu qu’a joué une partie de l’armée. On attend avec impatiente la suite de ce premier ouvrage.

Le sacret (Marc Graciano)

note: 5Petit bijou de haut vol! Sandrine (BDY) - 31 août 2018

Ce livre vous transporte dans l'univers médiéval de par son sujet : la fauconnerie et de par la forme qu'adopte l'auteur. Un jeune garçon recueille un oiseau blessé, un sacret, oiseau de proie utilisé pour la chasse en vol. Cet oiseau est si faible que l'autoursier du château lui donne peu d'espoir de guérison mais à force de soins et de persévérance l'oiseau sera sauvé. Cet exploit permettra au garçon d'être invité à une grande chasse au vol organisée par le seigneur du lieu...L'utilisation d'un champ lexical médiéval renforcée par la composition du texte écrit à la façon d'un long plan séquence nous hypnotise par sa scansion, on se laisse happer par ce récit d'un autre temps.

My absolute darling (Gabriel Tallent)

note: 5Un livre percutant Sandrine (BDY) - 29 juin 2018


C‘est l’histoire de Turtle comme elle aime à s’appeler, ou encore Croquette comme la surnomme son père et de la difficulté à devenir Julia. C‘est le récit de son combat face à un père abusif qui l’aime trop et mal pour arriver à grandir, à se détacher de cette emprise. L’adolescente manie plus facilement les armes à feu que les listes de vocabulaires au collège. Elevée à la dure, dans l’idée d’une lutte perpétuelle pour survivre, elle va rencontrer lors d’une fugue deux garçons partis jouer les aventuriers dans les bois de la Caroline du nord. Cette rencontre sera décisive.
Ce roman incroyablement fort s’appuie sur un vocabulaire souvent cru que l’auteur prête aux personnages pour nous faire sentir toutes les violences subies intérieures et extérieures. On ne quitte pas le récit avant de connaître de destin de Turtle.

Retour Haut

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Portail Départemental